Questionnaire épuisement

L’aspect physique dans l’épuisement

  • Vidé, exténué. Je n’ai plus d’énergie pour entreprendre quoi que ce soit. Je suis à plat et rien ne pourra me remonter. Je suis complètement brûlé. Je suis découragé.
  •  Je n’arrive pas à fonctionner normalement. J’ai juste envie de ne rien faire et de me laisser aller. Je me sens usé jusqu’à la corde.
  •  Je me sens de plus en plus fatigué. Je ne sais pas comment je vais pouvoir remonter la pente. De toute façon tout me demande de l’énergie même lorsque c’est pour mon bien-être.
  •  Je ressens une grande fatigue. Je voudrais bien que le sommeil soit réparateur mais rien n’y fait. Je me lève toujours aussi fatigué le matin.
  •  Je ne suis plus très en forme et j’ai de moins en moins d’énergie. J’ai souvent envie de dormir. Chaque activité me demande de gros efforts.
  •  J’ai de l’énergie, je suis encore assez en forme mais je dois abandonner des activités, des projets.
  •  Je me sens en forme et j’ai le goût de faire plein de choses.

L’aspect affectif dans l’épuisement

  • Je suis triste à mourir, je n’ai aucune patience, je n’ai plus le goût de rien, j’ai juste envie de pleurer et de dormir tout le temps.
  • Je suis tellement triste et irritable que je ne me reconnais plus tellement j’ai changé. J’ai l’impression de commencer à couler.
  • Je suis plutôt triste et irritable et je n’ai plus envie de m’occuper de moi. Je me sens dépassé.
  • Je suis tantôt gai, tantôt triste, souvent irrité, je ne sais plus trop où j’en suis, ça commence à être de plus en plus difficile de me remonter.
  • Je rumine des tas de choses dans ma tête, je ne ris pas souvent. Je me sens frustré.
  • Je suis devenu plus maussade, j’ai perdu un peu de ma bonne humeur.
  • Je suis habituellement de bonne humeur, je prends la vie du bon côté et je ne m’en fais pas.

L’aspect oubli de soi dans l’épuisement

  • Je n’ai plus une minute à moi, même avec toute l’aide nécessaire, je suis complètement débordé et dépassé. Je n’en peux plus.
  • Je n’ai que le temps de m’occuper de lui (d’elle). Même avec de l’aide, toutes mes énergies passent à le garder et le soigner. Je me sens avalé par la tâche.
  • Je n’arrive plus à trouver du temps pour me reposer et ce, même avec de l’aide. De toute façon, je n’ai pas le temps, il y a toujours quelque chose d’autre à faire.
  • Je n’arrive plus à trouver de temps pour moi, le ménage n’est pas fait et je ne sais pas comment je pourrai surmonter la situation même si je reçois de l’aide
  • Je n’arrive plus à faire tout ce que je veux. J’ai encore moins le temps d’aller chez le coiffeur, chez le médecin ou chez un(e) ami(e).
  • Je suis encore capable de faire à peu près tout et je pense le faire le temps qu’il faudra. Ça ne m’inquiète pas beaucoup.
  • Je suis capable de faire toute ma besogne dans la maison, de prendre soin de lui (d’elle) et de penser à moi. Je m’organise bien.

L’aspect social dans l’épuisement

  • Je n’ai plus le goût de voir personne. Je n’ai rien à dire. Je me sens vide et seul.
  • Ça fait longtemps que je n’ai pas contacté quelqu’un, un ami ou un parent. Je suis devenu très isolé. Je perds contact avec tout le monde et un peu avec moi.
  • Je n’ai plus le goût de me distraire. J’en oublie parfois mes amis ou mes parents. Ma seule « distraction », c’est lui (elle).
  • Je n’arrive pas à me distraire. Je suis préoccupé. Je ne me trouve pas intéressant. Je dois être ennuyant. Je n’appelle presque jamais personne.
  • Mes amis, mes parents me manquent. Je les vois peu. Je sors peu. Je trouve encore un peu de temps pour les appeler. Je trouve cela lourd
  • J’ai de moins en moins de contacts avec mes amis ou mes parents. Je sors moins mais je leur téléphone régulièrement.
  • J’ai toujours les mêmes contacts avec mes amis ou mes parents. Je trouve le temps de me confier, de sortir de la maison, de me changer les idées.

La situation est à peu près acceptable, mais il faut veiller à ce que l’épuisement ne prenne pas de l’ampleur;

La situation est très sérieuse et demande des redressements pour diminuer l’épuisement. N’hésitez pas à communiquer avec l’une ou l’autre de nos intervenantes pour avoir des trucs et du soutien.

Vous souffrez d’épuisement. Afin de reprendre du pouvoir sur les événements, vous devez :

  1. Apprendre à penser à vous,
  2. Réfléchir sur le pouvoir que vous avez sur les évènements,
  3. Demander de l’aide.
  4. Apporter des changements sur votre situation. Faire un changement ne veut pas dire qu’il faut tout changer dans sa vie… Les petits changements ont beaucoup plus de chance de réussite. Si vous souhaitez discutez de vos résultats ou de votre situation, n’hésitez pas à entrer en communication avec les intervenantes. Elles sont à votre disposition pour vous écouter, vous rencontrer, vous informer, vous aider et orienter dans vos démarches.